Nail art: Art ou Artisanat?

 

Depuis quelques années, la tendance du nail art se répand et envahit la planète. Nail art par-ci, Nail art par là… Et si nous nous arrêtions un instant pour réfléchir posément à nos mots.

 

Jusqu’à présent, le travail de l’ongle était laissé aux esthéticiennes et plus récemment aux prothésistes ongulaires. Nous parlions d’artisanat. L’idée que ce labeur se transforme en art et soit donc réalisé par des artistes étaient bien loin de nous. Pourtant, aujourd’hui, nous ne parlons plus simplement de manucure, pédicure et pose de vernis mais de « stylisme ongulaire » et – terme plus à la mode – de « nail art ». Si l’expression française « stylisme ongulaire » laisse hésitant sur ses conséquences et ses idéaux conceptuels, le terme de « nail art » est plus direct.

Nail Art. Pour les non-anglophones, ce terme signifie littéralement l’art de l’ongle ou l’art ongulaire. Cette nouvelle tendance serait donc non seulement une mode mais également un art ? Nous nous éloignons bien rapidement de notre pensée initiale reliée à l’artisanat. A ce propos, Wikipédia nous ramène les pieds sur terre en stipulant très clairement : « Nail Art n’est qu’un nom, il ne s’agit pas d’un art au sens de celui des beaux-arts, la dénomination provient sûrement du simple fait qu’il s’agit d’un travail minutieux d’ornementation graphique, sans atteindre la qualification propre d’art. »

Alors, que penser ? Le nail art est-il réellement de l’art ou est-ce simplement l’usage commun du terme qui en a transformé le sens, sens en réalité rattaché à l’artisanat ? Plus simplement, le nail art est-il art ou artisanat ?

 

Le travail de décorations figuratives sur les ongles remonterait au XIIIème siècle. Les Incas peignaient des formes représentant principalement des animaux tels des aigles. Ces apparats servaient à rendre hommage à leur Dieu. Ainsi, il s’agissait d’une utilisation mystique de la peinture sur ongle. Cette idée rappelle les peintures murales retrouvées dans des grottes. Les hommes préhistoriques réalisaient ces illustrations afin d’influer sur les dieux, la chasse, la force des animaux et de la nature. En outre, nous pouvons supposer que la pratique développée par les Incas s’associait généralement à des rituels, eux-mêmes accompagnés par les prémices de la danse. Cependant, au vue du peu d’informations concernant cet aspect à cette période, nous parlerons de pratique rituelle et non d’art. La dimension artistique du nail art s’est réellement développée à la fin du XXème siècle en Asie. En 1990, le dessin sur ongle devient un phénomène important au Japon avec notamment la propagation du style Kawaï, comprenez « tout ce qui est mignon ». Les Pokémons et Hello Kitty fleurissent sur les ongles des jeunes femmes. Cette tendance continue de se répandre à travers le monde pour connaître l’engouement actuel. Petit à petit, le terme de « nail art » se fixe comme mode et pratique artistique. A partir de cet instant, nous pouvons nous demander en quoi le nail art mérite la qualification d’art.

Des mouvements inspirés des beaux-arts, mais pas tout le temps

Au départ, les nails arts s’ont majoritairement réalisés à l’aide de peinture acrylique et d’un pinceau de détail, c’est-à-dire d’un pinceau très fin et droit. Ce matériel permet de faire des dessins précis et colorés. Cependant, les pratiquantes aspirent à d’autres possibilités. Ainsi, au fil du temps et de leur désir esthétique, elles expérimentent et inventent de nouvelles techniques. Ces dernières sont souvent inspirées de méthodes développées par les beaux-arts. Par ces processus d’expériences, de tests, de réussites et d’échecs, les nails artistes enrichissent leur pratique et font évoluer le nail art. Petit à petit, des courants tels des mouvements artistiques se distinguent. Nous pouvons par exemple noter une attirance naturaliste pour certaines tandis que d’autres s’apparenteront plutôt à du cubisme. Ailleurs, vous pourrez découvrir des inspirations abstraite, baroque, figurative, etc…

 

 

Nita Garcia

Nita Garcia

De plus, il est aussi intéressant de remarquer que si certaines nail artistes choisissent de s’affilier implicitement à des courants, d’autres conservent leur style personnel au point de faire Ecole. Les ongles de Nita Garcia sont immédiatement reconnus par les connaisseuses grâce à leur forme styletto, leur fond noir et à la finesse du tracé. Ainsi, la signature de la créatrice est primordiale. D’ailleurs, la majorité des photographies publiées par les bloggeuses ne sont pas libres de droit et préciser l’auteur de la création originale dans le cas de reprise ou d’inspiration est devenu une règle tacite entre les bloggeuses. En outre, la majorité des concours de création nail art refusent la participation des œuvres où une signature manuelle n’apparait pas sur les photographies. Cette directive permet de limiter les vols d’œuvres. Nous pouvons donc dire que la signature est primordiale dans le nail art. Elle octroie le droit d’auteur à la créatrice, limite les cas de vol de création et permet la reconnaissance par ses pairs.

 

 Du matériel qui évolue et se spécialise

 

Toutefois, techniques et mouvements évoluent conjointement. En effet, de nouveaux souhaits esthétiques engendrent des courants qui ont besoin de techniques tandis que de nouvelles techniques amènent des idées qui forment des courants. Par exemple, certaines nails artistes apprécient particulièrement les formes courbes telles les arabesques. Ces mêmes personnes intègrent de nombreux strass et bijoux à leurs ongles. Ainsi, il devient lisible qu’elles orientent leurs créations vers un style rococo et baroque. Petit à petit, elles souhaitent ajouter l’aspect métallisé or et argent que l’on retrouve à travers les nombreuses dorures du XVIIIème siécle. Certaines choisissent d’utiliser des vernis à l’aspect métallisé, d’autres à l’aspect miroir. Néanmoins, la majorité pense que le brillant n’est pas assez prononcé avec ces outils. Alors, une d’entre elles essaie de coller du papier aluminium. C’est efficace, la toile Internet s’illumine de nail art argent. Pourtant, cette découverte concentre de nombreux défauts. Elle reste peu précise car l’application est difficile, limitée puisque le papier aluminium est obligatoirement argenté et surtout difficile à conserver. En effet, il est impossible de déposer une couche de top coat pour protéger le nail art sans perdre immédiatement la brillance du papier. Les fabricants touchant au nail art perçoivent l’intérêt de cette nouvelle direction et décident de se pencher sur le problème : le foil apparaît. Il s’agit d’une colle particulière qui ne sèche pas et de papier métallisé fin. Ainsi, l’application est simplifiée et surtout les possibilités s’ouvrent grâce aux nombreux coloris et effets des papiers proposés. Toutefois, la colle est très liquide et limite les possibilités graphiques. Les nails artistes peuvent réaliser des lignes, et remplir des espaces mais elles ne peuvent pas dessiner de simples courbes et encore moins des formes complexes. Depuis quelques mois, un nouveau produit arrive sur le marché : le gel foil. La colle a été épaissie, colorée en blanc ou noir et placée dans un tube afin de former une sorte de stylo. Ainsi, nous pouvons voir naître des ongles aux dorures baroques et aux papillons en or. Comme nous venons de voir, certains matériaux apparaissent tandis que les matériaux existants se diversifient et se spécifient. Par exemple, les pinceaux se multiplient par leur forme, leur taille et leur composition. Nous pouvons donc dire que parallèlement à l’émergence de courants esthétiques, des matériaux sont créés afin de faciliter la maîtrise des diverses techniques.

 

 

Une réflexion à développer

 

De plus, le nail art peut aussi amener une rétro-action et une réflexion sur lui-même. Il peut donc être sujet à l’analyse, à la réflexion et à la critique. Par exemple, la technique pure du Zhostovo rappelle la pensée du peintre aveyronnais Soulage. Suite à une expérience troublante dans son atelier, le peintre s’ouvre à une nouvelle vision du spectre colorimétrique. Ce jour-là, « Le noir avait tout envahi, à tel point que c’était comme s’il n’existait plus ». Soulage découvre que les couleurs se trouvent à l’intérieur même du noir, il nommera cette expérience « l’outrenoir », c’est-à-dire ce qu’il y a au-delà du noir. A partir de cet instant, il oriente son travail sur cette problématique. Quelle est l’essence même du noir, si ce n’est la couleur elle-même ? Par conséquent, comment rendre la couleur par et à travers le noir ? Ainsi, Soulage sublime le noir par la lumière, ses jeux de reflets et de réflexion. Il se base donc sur l’absence de couleur, c’est-à-dire le noir, pour laisser surgir la couleur par le simple jeu de lumière sur la surface, ou plutôt sur des états de surface. Evidemment, dans le cas du Zhostovo, la couleur est réellement présente. Concrètement, il s’agit de la superposition de plusieurs nuances d’une seule teinte allant de la plus sombre à la plus claire. Par la superposition de couches colorées, le dessin apparait, la forme se figure. Cependant, c’est réellement le choix du fond noir et mat qui met en avant la couleur. En effet, en choisissant la technique de Zhostovo, la nail artiste sublime son art par le contraste entre le fond noir et la teinte. Ce contraste est accentué par l’état de surface ici signifié par la matification du fond et la superposition des couches. En outre, ne pouvant prédire exactement comment les différentes nuances de teinte vont se répartir et/ou se dégrader, la nail artiste accepte d’être guidée par la peinture tout autant que d’en être le guide. Pour finir, si la technique Zhostovo est jusqu’à présent essentiellement figurative. Il s’agit du simple goût esthétique et artistique des artistes actuelles. Il est fortement possible de développer cette technique à des fins d’art abstrait et ainsi de restituer dans sa globalité le concept développé par Soulage. Cette comparaison dévoile non seulement que cette pratique peut être assimilée à des concepts artistiques reconnus mais surtout qu’il est possible de développer une analyse et une critique intellectuelle, réflexive et sensible du nail art de la même manière qu’un critique d’art. Nous devons avouer que cet aspect est encore peu développé. Il en est donc de notre rôle d’élaborer une pensée esthétique et artistique du nail art ainsi qu’une réflexion sur les différentes facettes qui le compose. C’est d’ailleurs cette orientation que nous tenterons de développer dans cette rubrique « L’Ongle Pensant ».

 

 

Un monde à part entière

 

Cependant, les créations ne sont pas les seules actions liées au nail art et les créateurs n’en sont pas les seuls acteurs. Le nail art se forme tel un univers à part entière. Il est par exemple le sujet de nombreuses formations. En effet, si certaines nails artistes sont autodidactes, la majorité a suivi des formations. Il en existe deux types. Tout d’abord les formations dispensées par les « maîtres » du nail art, c’est-à-dire des personnes au niveau particulièrement élevé. Comme Léonard De Vinci enseignait sa technique à ses élèves, les nails artistes se transmettent leurs expériences et les apprentissages qui en découlent. Ces formations de « maître » peuvent être officieuses mais elles peuvent aussi se dérouler dans des écoles de nail art, officiellement ouvertes en tant que telles. C’est le cas de l’école de Nita Garcia. Ces formations sont reconnues par le milieu du nail art mais pas par l’Etat. Pour cela, il existe d’autres formations institutionnalisés et donc reconnus par l’Etat. Elles se déroulent majoritairement au sein de BEP en « stylisme ongulaire » et non en « prothésie ongulaire ». En outre, de nombreuses publications sont aussi éditées sur le sujet. Pour le moment, il s’agit essentiellement de tutoriels, d’explications du matériel et des différentes techniques. Cependant, tout comme la danse a commencé par des manuels de chorégraphies pour se développer fortement autour d’une pensée de la danse sous ses multiples facettes, nous pouvons supposer que ces premiers essais sur le nail art pourraient évoluer, s’ouvrir par des récits de vie pour aboutir pourquoi pas sur des écrits analytiques et critiques, et devenir ainsi un sujet de recherche reconnu. Enfin, nous devons mettre en avant le marché du nail art. Certes, celui-ci intègre la présence de boutiques spécialisées en ligne et physiques et la part non négligeable de fabricants de matériels spécialisés, mais aussi la rémunération des formations et des publications, la présence de partenariat entre boutiques et artistes, l’existence d’évènements ponctuels, de salons réguliers et même de nails bars… Une mini-économie se développe donc autour de cette activité. Du côté professionnel, nous retrouvons donc des créateurs, des formateurs, des fabricants, des industriels, des vendeurs spécialisés et leurs boutiques, et même des auteurs se rassemblant au sein d’un circuit économique réel !

 

En guise de conclusion

 

Par conséquent, le nail art est un domaine composé de matériels et de techniques pour réaliser des créations qui peuvent s’inscrire dans des courants esthétiques ou faire Ecole. Les créateurs y sont reconnus en tant que tels et se pensent comme des artistes. De plus, le nail art est un sujet suffisamment riche pour y développer une réflexion artistique et se transformer en sujet d’étude complexe. Enfin, il réunit autour de lui de multiples acteurs aux rôles divers qui forment une économie du vernis. En tant que domaine et matière, l’univers du nail art forme donc en tout point un domaine artistique à part entière. Il ne lui manque plus que la reconnaissance du milieu artistique et des expositions institutionnalisés.

Tout de même, nous devons stipuler que le nail art au niveau de professionnalisme dont nous parlons n’est pas atteignable par tous. Il exige un entraînement régulier, des formations d’approfondissement, un talent particulier, une imagination non-négligeable et un sens aigu de l’esthétisme. Par conséquent, de nombreuses personnes ne pourront acquérir ce niveau. C’est pourquoi, nous avons choisi de différencier plusieurs termes. Nous parlerons de Nail Artiste pour les professionnels et les personnes au niveau élevé mais seulement de Nail Arter pour les amateurs même avancés. Enfin, nous conserverons l’idée d’artisanat à propos du travail effectué par les esthéticiennes tel que les soins des mains, la pose de vernis (normal, semi-permanent ou permanent), la pose de gel, la pose de faux-ongles…

 

En conclusion, ce Webzine a choisi de se nommer L’Art du bout des Ongles, et ce n’est pas pour rien. Pour nous, le Nail Art est bien un Art avec un grand A. Cependant, tout le monde ne peut devenir un artiste !

 

Et vous ? Êtes-vous plutôt Nail Artiste/Arter ou Nail Handworker ?

D’après vous, le nail art est-il un art ou de l’artisanat à la mode ?

 


 


 

SOURCES Photographies :

GALERIE KAWAÏ

Lapin My Melody, Yoko

L’Amour dans les nuages, Yoko

Cupcakes, Yoko

GALERIE MOUVEMENTS

Mosaïque, Pshiiit

Dorure baroque, Tartofraises

Mini imprimé, Pshiiit

Coquelicots, Tartofraises

Flamingo, Sakura

Nita Garciahttp://www.ecolesuperieureongle.com/galerie/

GALERIE Evolution foil

Mosaïque de Miroirs, Tartofraises

Coffret Nail Art Foils, boutique « NéeJolie »

Doré antique, Tartofraises

Papillon foil, Tartofraises

Foil C09, boutique « Nail Art Boutique »

 Arabesque foil, Tartofraises

GALERIE ZHOSTOVO

Fleur de Lotus, Tartofraises

Capsules Zhostovo, Tartofraises

SOURCES Informations :

Annabelle, mars 2013, Ces substances que nous cache … le nail art, Conso Globe, consulté le 7 novembre 2014.

Wikipédia, Nail art, consulté le 7 novembre 2014.

 


Publicités
Catégories : L'ongle Pensant | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :